20/06/2004

"Absinthe" auteur anonyme

Douce liqueur qui pénètre mon esprit
L’antidote a mon absence de pensée
Maîtresse de ma main sur ce papier
Ces mots que sans toi je n’aurais écrit

La muse verte interdite en ces lieux
Amie des poètes en temps de détresse
Puissance de la thuyone qui caresse
Le cerveau des incrédules si pieux

Petite gorgée, départ pour le fantastique
S’écoule dans ma gorge le poison banni
Délicate senteur au fameux goût d’anis
Porte mon âme dans un endroit féerique

Pénètre le sucre cette vague glaciale
Mélange subtil pour une fusion parfaite
Arrive l’heure verte, la dégustation est faite
Rituel journalier pour une inspiration optimale

Le grand van Gogh en a fait son breuvage
Dénigrée, considérée comme meurtrière
De tous ces hommes qu’elle a ravis naguère
Rendant le plus sensé, un être sauvage

Noie mon palet de tes substances raffinées
De la fenouil, de l’hysope ou de la mélisse
Restera à mon goût toujours un pur délice
Tel l’amour d’une femme que l’on a consumé

Oh absinthe envahis ce verre d’illusion
Que je puisse enfin m’évaporer de ce monde
Ressentir en moi ces différentes ondes
Sur le chemin des rêves et des hallucinations

 

Concurrente qui pénètre ton esprit
Je te jalouse maîtresse en ces mains
Tu es sa muse dans sa vie dans ces écrits
Délicate étanche sa soif sans fin

Du gout sucré atteint l’apogée
Quand l’heure bleue vient a sonner
De mon amour tu t’es emparée
Comme une sorcière bande dessinée

Je me rassure respire
La fin je viens de lire
Enfin ton verre se vide je suis tout sourire
Car si tu…. n’imaginons point le pire

Ton texte est sublime fabuleux
Tes mots choisis harmonieux
Tu es un poète merveilleux
Qui rend mon cœur heureux

 





14:58 Écrit par Titevie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.